Née en1973, photographe iranienne, vit à Paris.
Elle achève en Iran en 2001 ses études de photographie, qu’elle poursuit entre 2002 et 2006
(ciné et art) en France. Elle travaille actuellement à Paris pour l’Ecole de photographie Spéos.
Elle décline, série après série la complexité d’être une femme et de vouloir s’exprimer en toute liberté sur ce qu’elle est. Elle questionne ainsi la dualité qui déchire les jeunes femmes iraniennes entre tradition et modernité (Autoportraits), elle aborde subtilement la question de la censure (Chose en soi, histoire de chaise). Elle produit une photographie très différenciée en fonction des séries, utilisant soit le noir et blanc, soit la couleur, variant les formats et les processus de mise en scène.
A propos de « L’empreinte »
Au delà de la diversité des formes, des couleurs ou des textures, ces serviettes racontent une histoire. Elles sont l’empreinte de corps délivrés de vêtements, corps offerts au repos, à l’abandon. Lourds, légers, vifs ou affairés, ces corps se relèvent, s’éloignent et laissent leur empreinte. Dans leurs sillons, les courbes de leurs plis mémorisent une posture, des sentiments, des émotions, entre présence et absence, le temps du bain.